Aller au contenu principal

Lutte contre le chômage : Renforcer l'accompagnement

Intervention Commission des Affaires Sociales - Garantie d'emploi par l'Etat employeur en dernier ressort - 14/04/2021

Depuis l’épidémie de Covid19, les chiffres de l’emploi sont plus que préoccupants.

Notre groupe rappelle que dans un tel contexte de crise et d’incertitudes, et alors que la précarité s’amplifie, et que les difficultés à trouver un emploi sont décuplées, il est incompréhensible que le gouvernement poursuive sa réforme de l’assurance chômage.

Si certains des objectifs étaient initialement partagés, comme la lutte contre les contrats courts, certains dispositifs ne se justifient plus. D’importants effets pervers sont à craindre, en particulier sur les jeunes et les plus précaires, alors même qu’ils sont les plus vulnérables face à la crise.

Au-delà du chômage conjoncturel, renforcé par la crise, la proposition de loi a le mérite de soulever le problème du chômage structurel, dit de longue durée. Les échecs des différentes politiques qui se sont succédé ces dernières années montrent que d’autres pistes doivent être creusées.

La « flexibilisation » du marché du travail a montré ses limites. Qu’il s’agisse des baisses des cotisations, ou du CICE, les embauches n’ont pas été au rendez-vous. Surtout, ces politiques se sont parfois faites au détriment de la sécurité des travailleurs, au détriment de la sécurité des Français, au détriment de la sécurité des plus fragiles, et notamment des jeunes.

Nous rejoignons aussi les arguments de la rapporteure, s’agissant du coût que représente le chômage de longue durée : perte d’employabilité et de sociabilité ; difficulté d’accès aux soins ; mais aussi coûts importants en termes de dépenses sociales.

C’est pourquoi notre groupe s’est toujours prononcé favorablement à la poursuite et l’extension de l’expérimentation territoires zéro chômeur de longue durée. La proposition de loi semble s’inspirer assez largement de cette expérimentation.

Il nous parait important que cette expérimentation puisse être menée à son terme, et évaluée, afin de tirer les enseignements de la première phase. Mais que l’initiative vienne des territoires nous parait essentielle.

Surtout, si nous encourageons son extension nous rappelons la nécessité que les comités locaux chargés de l’accompagnement soient mieux dotés financièrement. Or la participation de l’État prévue pour 2021 et très insuffisante au regard des objectifs fixés par l’exécutif.

 

Lien de l'intervention :

https://www.youtube.com/watch?v=h-voZVWNkLQ

 

Mes dernières interventions à l'Assemblée nationale

Mes dernières interventions dans la presse

Vous souhaitez rester en contact en suivant les dernières actualités de Martine Wonner ?

S'inscrire à la Newsletter

Retrouvez l'ensemble de mes Newsletters